Bobo et Vulgo font de la pub


Attention à la déchirure du cervelet! Je vous offre deux pubs pour s'exercer au grand écart éthique (!). 

À ma gauche (évidemment) la machine à café Malongo. 
À ma droite, l'Opel Corsa au volant chauffant. 

Deux annonces aux antipodes l'une de l'autre, mais ne nous leurrons pas, ça reste de la pub. À tout prendre, même si Malongo nous prend pour les bobos (que nous sommes probablement) et les gogos (que nous faisons semblant de pas être), c'est quand même plus digne que le volant chauffant au jus de fille de la Corsa.

Malongo (la machine à café)

Donc, pour sa machine à café cuvée COP21, Malongo a préféré la voix du Boringer à celle de Jeannie-la-cycliste qui claquait tellement mieux avec la marque (vous me suivez ?). Il faut les comprendre aussi, Boringer c'est de la rocaille sans fard, sans la moindre envie de charmer le chaland. Bref, on n'a pas droit à l'habituelle voix de "sexe". Là-dessus, ils nous collent un discours engagé, comme imprégné d'une véritable mission de salut publique, un truc qu'on penserait pondu par le service com' d'Attac. Chez Malongo on ne donne pas dans le clinquant, on s'étire à souhait, on "pédagogise" à mort car on n'est pas là pour vendre du rêve! Puta madre !
Le hic, c'est qu'on veut quand même nous fourguer notre dosette quotidienne sous couvert de fair-trade, d'action citoyenne bonne pour la planète, tout ça par le biais d'une machine qui n'est peut-être pas la plus efficace (de ce que j'ai entendu), qui coûte un bras et qui au final, contribue à remplir nos poubelles.
Ce qui m'embête chez Malongo, c'est qu'ils me prennent un tout p'tit peu pour un con.


Opel Corsa


Au moins chez Opel, ils ne font pas semblant.
En voilà une bonne pub qui pue avec son post ado obsédé qui veut se mettre une main au chaud et la fille qui la retire (la main) avec un air de ne pas y toucher. Ce serait du second degré ? Il a bon dos le second degré quand en réalité, il s'agit uniquement d'un truc libidineux et sexiste.
C'est juste une pub bien nulle, bien crade, une de ces pubs dont je me demande comment elle a pu passer à travers les mailles de l'office de contrôle.
Je n'en dis pas plus car rien que d'y penser, j'ai vaguement la gerbe.




Ps: "Jeannie Malongo", ça le faisait bien quand même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...