Home

Home
Toni Morrison
Éditions Christian Bourgois – 2012

...Le temps était si lumineux, plus lumineux qu'à son souvenir. Ayant absorbé tout le bleu du ciel, le soleil se prélassait dans un paradis blanc, menaçait Lotus, torturait son paysage, mais échouait, échouait, sans cesse échouait à le réduire au silence : des enfants riaient encore, couraient, criaient leurs jeux ; des femmes chantaient dans les jardins à l'arrière des maisons tout en accrochant des draps humides sur des cordes à linge; de temps à autre, une soprano était rejointe par une voisine alto ou bien un ténor qui ne faisait que passer par là. « Emmène-moi vers les flots. Emmène-moi vers les flots. Emmène-moi vers les flots. Pour me faire baptiser. , Frank n'avait pas emprunté cette route de terre depuis 1949, ni foulé les planches de bois recouvrant les endroits dévastés par la pluie...

Des spécialistes, et des qualifiés, ont déjà fait le tour de "Home" jusqu'à l'exégèse la plus aboutie. Mais voilà, ce roman ramassé et dense m'a parlé au singulier.  Je me dois de lui répondre au singulier, de trouver une voie, la petite voix qui pourrait faire écho à celle, débordante de vitalité, de Toni Morrison.

Home… 50's… White Vs Black… USA… Be Bop… le souffle de Miles Davis…

OK, j'y suis. Je fais glisser "Blue in green" dans les enceintes.(à ce stade, il faut appuyer sur Play - sur l'image de Miles Davis – sinon, pas de son, pas d'effet)



Voilà, c'est une histoire qui progresse par à-coups entre les hommes et leurs proies. Et  parce que l'on peut revenir de l'enfer en marchant, Frank Money est des leurs, déboussolé, en victime ivre de sa propre violence.
Alors oui, Home, mais pas sweet home, rarement sweet homme ou alors, entre des planches, dans un trou à rat ouvert aux quatre vents. Il y a toutes ces pages où les douleurs que l'on ressent au bout des doigts sont enfouies derrière les lignes de front, sous les sabots de chevaux qui font trembler notre sol.
Ici, les coups reçus sont des uppercuts dans toutes les fois, à chaque fois que Frank entre en ville, monte en train, titube sa Corée, termine de boire sa poisse tatouée.

On sait trop bien que l'histoire a commencé depuis si longtemps, sous le soleil et l'ennui écrasant d'un ghetto à ciel ouvert, d'une cité oubliée, d'un noir mortuaire. Puis en retour, le cri des armes et les entrailles des GI's. Les yeux bridés et des enfants dévorés. Des villes, des gares et des trottoirs hostiles et blancs. D'autres trottoirs, fraternels et noirs.

Les pieds nus dans la neige, les trains ou les taxis vont forcément de Frank vers Cee. C'est le trajet de retour d'un amour immuable parce dans leur jeu, il n'y a jamais que deux cartes, juste une paire. C'est pour toujours Franck est un frère. Écrit à l'encre noir, ce sera toujours Cee est ma sœur.

Home enfin et bientôt, la rédemption. La rédemption, car Frank est un homme, jamais plus un fantôme comme ce zazou en costume bleu pâle, montre en chaîne, cette ombre du mystère.

Home de Toni Morrison. Il faut bien le lire ou le relire ce putain de livre avec ces pages en souffrance mais quand je dis "bien", c'est avec les yeux rivés sur les mots, Miles qui trompette comme un poinçon dans la tête et la possibilité d'une délivrance.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...