Gatsby, une traduction pas... magnifique


Un article pour mettre mon grain de sel (d'amer) à propos de la traduction du Great Gatsby de Francis Scott Fitzgerald en version "livre de poche" traduit par Mr Jacques Tournier en 1975.
Toujours dans l'optique de mourir un petit peu moins crétin, je pique Gatsby à ma fille et là, dès le début je trouve le texte en Français franchement pas terrible. Des lourdeurs et surtout des phrases tordues au point de m'y reprendre à plusieurs fois pour en saisir le sens exact (quand je lis un bouquin ça me prend du temps car j'aime TOUT comprendre et ce n'est toujours facile. J'estime que chaque mot d'un livre vaut d'être lu et compris).
Et puis vint un passage qui a retenu mon attention et mon scepticisme au point de me pencher sur le texte original et sur une autre version (gratuite) en Français.
Eureka et damnation !

Maintenant, à vous de découvrir le passage en questionLivre de poche page 84

Le masque de lassitude hautaine qu'elle offrait au monde dissimulait quelque chose - un tel manque de naturel est souvent un signe de dissimulation, même s'il n'en est pas la cause première - j'ai fini par découvrir ce que c'était.

Déjà, c'est du lourd :) ("masque de lassitude hautaine" outch!) mais en plus, je me suis tiré les quelques cheveux qu'il me reste sur le crâne à m'en faire des dreads pour comprendre la signification de la deuxième partie de la proposition entre tirets "même s'il n'en est pas la cause première" et j'en ai déduit qu'elle ne voulait rien dire d'intelligible en regard de la première partie. Alors, j'ai lu la VO et là ça m'a paru très clair. J'ai aussi compris que Monsieur Tournier n'avait pas pigé le sens original ou qu'il avait eu du mal à l'exprimer ou les deux. Voici le texte original.

The bored haugthy face (y'a pas de masque là-dedans!) that she turned to the world concealed something - most affectations conceal something eventually, even though they don't in the beginning - and one day I found what it was.


Pour la partie entre tirets je propose ça : En fin de compte, le manque de naturel cache souvent des choses que l'on ne voit pas au premier abord.
Si la qualité littéraire de cette traduction est discutable on en saisira au moins le sens contrairement à la proposition de départ. D'autant que le texte en Anglais est franchement simple pour le coup. Même un coup de google translation en donne au moins le sens.

Pour info, la traduction de Victor Llona (gratuit en version epub)
Le visage ennuyé et hautain qu'elle présentait au monde dissimulait quelque chose - il en est ainsi de la plupart des affectations, même quand elles n'ont rien dissimulé pour commencer - je finis par découvrir ce que c'était.

Je goûte moyennement le style, mais ça a au moins le mérite d'être compréhensible.

Par curiosité, j'ai comparé le tout début du roman dans la version originale, la traduction de Tournier et celle de Llona et franchement ça me laisse septique quant à la qualité des traductions même à partir de passages franchement simples.

 In my younger and more vulnerable years my father gave me an advice that I've been turning over in my mind ever since. "Whenever you feel like criticizing any one" he told me , "just remenber that all the people in this world haven't had the advantages that you've had."

Dès mon âge le plus tendre et le plus facile à influencer, mon père m'a donné un certain conseil que je n'ai jamais oublié.- Chaque fois que tu te prépares à critiquer quelqu'un, m'a-t-il dit, souviens-toi qu'en venant sur terre tout le monde n'a pas droit aux mêmes avantages que toi.

Quand j'étais plus jeune, ce qui veut dire plus vulnérable, mon père me donna un conseil que je ne cesse de retourner dans mon esprit: - Quand tu auras envie de critiquer quelqu'un, songe que tout le monde n'a pas joui des mêmes avantages que toi.

Franchement, traduire "advantages" par "avantages" et non "privilèges" ça me laisse sans voix :) Là encore la traduction de Tournier pèse des tonnes et pire, ne restitue pas le texte original (fort simple)

Dans ma candeur, je me demande comment peut-il se faire que des personnes qui sont forcément des spécialistes à la fois de la langue Anglaise et de la littérature Française sortent des choses comme ça..

Trop mal payés ? Autre chose à faire ? Pistonnés ?

Il existe une nouvelle traduction par Julie Wolkenstein chez P.O.L J'en ai lu quelques extraits que j'ai trouvés plutôt bons . Opinion que ne partage pas beigbeder dans le Figaro

Voilà pour ma petite contribution à Gatsby.  :) 
E.T.

ps: Dans ce cas, pourquoi ne pas le lire en VO me direz-vous. Réponse, parce que ma langue maternelle a beau être le Français, je dois énormément m'appliquer pour le lire, alors l'Anglais!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...