Tarte aux pommes tout en digressions (ou l'inverse)


Ma tarte aux pommes, tellement légère et 'achtment bonne, selon moi et d'autres aussi, des paquets même.

Ingrédients pour 1 tarte

Pour deux tartes multiplier par deux.
Pour trois tartes… je trouve que c'est peut-être un peu abuser.

1 pâte feuilletée ronde entre 230 et 250 grammes. Une du commerce (Herta par exemple) convient parfaitement. Cela dit, faire sa propre pâte ça classe bien. Sauf que ce n'est pas pour moi: trop faible et/ou trop pressé.
4 ou 5 pommes golden assez grosses mais pas trop. Je mange le surplus éventuel ce qui ne me fait pas mal au gras de toute façon alors qu'avec un gâteau chocolat c'est une autre histoire.
1 œuf de poule mais de grâce (pour les poules) pas un œuf "gros calibre" car ça les fait beaucoup souffrir lors de la ponte. Véridique.
6 cl de lait de vache.
1 sachet de sucre vanillé ou un peu d'extrait de vanille et 20 g de sucre ce qui tout compte fait revient relativement au même.
Un peu de confiture d'abricot et quelques cuillères d'eau bien chaude.
Un moule à tarte rond avec du papier sulfurisé au fond (fourni avec la pâte brisée du commerce)
Un pinceau de cuisine.


Et on fait comment ?

Déjà, on garde la pâte au frais le plus longtemps possible car si on la sort trop tôt, ça ramollit un peu et une tarte ramollie, c'est pas terrible selon moi.
On prépare l'"appareil",  cette préparation liquide que l'on versera sur la pâte une fois que les pommes seront disposées dessus et que le four sera chaud, mais pas avant car ça ramollirait la pâte. Or, comme chacun l'imagine, une tarte ramollie…
Pour faire l'appareil, il suffit de mélanger l'œuf, le lait et le sucre vanillé et de battre le tout avec une fourchette, pas plus. Je suggère un récipient du genre arrondi sur les bords parce qu'un récipient avec des angles droits, pour mélanger ça ne le fait pas trop. Mais, bon au pire, ça peut, ça doit marcher quand même.

Ensuite, vient le tour des pommes. Pas compliqué en vérité. Toutefois cela demande un minimum un maximum de délicatesse. Pour y parvenir, je propose de vous munir d'un petit couteau bien aiguisé et de vous faire accompagner par J.S Bach "Trauerode BWV 198 – Cantate BWV 78" (c'est juste de la belle belle musique et pas une grosse berline de marque allemande).
Donc, il faut couper chaque pomme en quarts, évider la partie du trognon, peler le tout, puis couper en tranches les plus fines possibles. De la finesse de vos tranches dépendra la réussite de votre tarte, et oui, c'est comme ça ! Après, libre à vous si vous voulez utiliser un tranche pommes mécanique. Ce sera tant pis pour vous, pour vos invités, pour la gastronomie en générale et pour l'avenir de l'humanité en particulier.
Une fois vos pommes prêtes et étalées sur un plateau, vous pouvez déjà faire chauffer votre four à 200° Celsius (en hiver ça permet d'économiser un peu de chauffage et en été ça craint).
Maintenant, vous étalez la pâte dans le moule ou même à plat sur une plaque à pâtisserie ce qui permet de mettre plus de pommes. Il faut ensuite procéder à une série de coups de fourchette dans la pâte pour bien lui faire comprendre qui est le chef et accessoirement pour y faire des trous d'aération qui l'empêcheront de gonfler.
Ceci fait, vous disposez les tranchounettes de pommes en les faisant se chevaucher régulièrement, en commençant par l'extérieur. On réalise ensuite un deuxième rang à l'intérieur dans le sens de rotation inverse du rang extérieur. Comprenne qui voudra, mais je trouve ça plus joli. Pour ce qui est du centre de la tarte, on se débrouille comme on peut. On voit quoi !
Une fois les tranches bien disposées (c'est du boulot d'orfèvre) que l'on est plutôt content de soi, on verse l'appareil sur le tout de manière homogène en gardant un peu. Ce "peu" sera réparti à la surface au pinceau de cuisine, notamment sur les rebords de la pâte. S'il n'en reste plus assez pour le pinceau, ça veut dire qu'on a merdé, qu'on en a trop mis au fond, qu'on a mal calculé son coup. Bon, c'est pas super grave non plus, on se dit qu'on fera mieux la prochaine fois. Quelque part, prétendre à la perfection c'est tendre à la déshumanisation, non ?

J'en suis où là? Normalement, le four a eu le temps de chauffer (sinon votre four est peut-être bien une bonne grosse daube, à la limite de l'arnaque)
Vous enfournez l'ensemble à 200° pendant 23/24 minutes.
Pendant ce temps-là…
Vous préparez le sirop d'abricot. Un bol, 4/5 cuillères à café de confiture d'abricots mélangée énergiquement avec un tout petit peu d'eau chaude et on obtient devinez quoi ? Du sirop d'abricot !
On surveille de temps à autre la cuisson de la tarte toujours en écoutant JS Bach. Si au bout de 10 minutes ça pue le cramé et que ça fume noir, c'est qu'on a gros problème domestique et thermostatique.
23/24 minutes: la tarte paraît pas mal cuite, elle a commencé à dorer gentiment. On la sort, on étale le sirop au pinceau sur les pommes et on enfourne à nouveau en passant sur la position "grill" du four, histoire de faire caraméliser le sirop. Attention: Opération sensible !
Je me suis fait avoir plus souvent qu'à mon tour (j'aime cette expression à la noix) faute de surveillance permanente. En fait, il faut garder l'œil sur l'opération en cours et dès que le sirop a fondu/caramélisé on sort aussitôt son chef d'œuvre en marche ! Sinon, je vous aurai prévenus d'un méchant gâchis en perspective, du genre: tarte-totalement-cramée-avec-des-restants-d'pommes.

En cas de grise crise d'hypoglycémie aiguë on peut toujours ajouter de la chantilly dessus, mais franchement, c'est meilleur "nature".


On dit que c'est pas compliqué et que c'est parti ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...