Oléron

Oléron

Etoile filante à bicyclette,
Sa chevelure dorée,
Au gré des vents marins,
Sur la route entre les pins
Dérive.


Au sommet de l'été
Par tous les sens brûlés,
S'unissent nos lèvres salées,
Cristallines.
Dans la chaleur nacrée,
S'épanchent en cascades
Les flots d'un bonheur panaché.

Sur ce chemin de quiétude
La brise se calme,
Et le silence exulte.
Nos âmes s'embrasent
Comme nos esprits s'apaisent.

Sur ce chemin de cliquetis
Le temps se veut nonchalant.
Et le notre tourne au ralenti.
Bientôt nos corps lassés,
Dans l'ombre fraîche
Se laisseront glisser,
Compagnons incertains de nos cœurs enlacés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...