Topos

Recueil de nouvelles - 126 pages - 
Sur commande 
Par chèque via mon e-mail (7€ + 2€ de frais de port par exemplaire)
Contact: leutchi@gmail.com
Par carte via Paypal


3 caractères, 4 randonnées à skis. Une même famille et pourtant des traces dans la neige aussi profondes que divergentes.Pointe de Combe Bronsin, Jas des Lièvres, Ouille Allegra ou Petite Valloire sont autant d'expériences pour Bruno, Alexandre et Alexis. Ils traversent leurs Alpes, hésitant entre l'ombre et la lumière, juste à hauteur d'hommes. Mais au fond, l'important c'est de tirer hors piste, droit dans la pente…

Extrait
Prenant pour acquis qu'il faut un début à toute chose, ils s'engagent sur la première rampe. Bruno, Alexandre et Alexis Marlaz poussent leurs skis en silence, ils déchirent pas à pas le bleu d'encre qui enveloppe encore le petit matin. Alors que les souffles se consument dans la froidure de l'air, de drôles de pensées viennent lutiner dans la tête du gamin. Il y a de ces questions essentielles que l'on ne se pose que lorsqu'on a rien de mieux à faire que de pousser sur ses cannes.

Est-ce que la neige qui crisse fait vraiment "Krisss" lorsqu'elle crisse?

Ça dépend des jours. Cette fois, la neige s'est déposée au sol comme sucre glace, une couche fraîche de quinze centimètres recouvre l'ancienne neige, toutes les anciennes traces; elle a enrobé le paysage, rien n'a été oublié.

 Des critiques ici et là Gaspard Nocturne (Editeur) et 1 livre 1 jour

9 commentaires:

  1. Ca y est il est enfin là le recit des neiges, alors je prend un exemplaire dédicacé svp. Et dés que possbile on fait tout droit dans la pente y a que ça de vrai non !!!!
    @ tchao
    Pascwal

    RépondreSupprimer
  2. TOPOS... c'est le TOP!évasion et émotion. A L IRE sans modération.... et comme chantait Jean FERRAT: mon Dieu que la montagne est belle....à quand la suite ? SOPHIE

    RépondreSupprimer
  3. Voilà, j'ai fini la lecture de l'ouvrage de notre ami Eric et il en ressort une excellente impression ! souvent l'impression de s'identifier totalement à certains personnages et d'avoir vécu certaines scènes...

    que du bon donc dans ce livre et un seul petit regret, comme une trace sur une pente vierge, c'est trop court !

    donc, n'hésitez pas, ce n'est pas bien cher et ça permet de s'évader un peu, beaucoup, agréablement !
    Francisco.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne saurai que trop vous conseiller la lecture d'un petit recueil de nouvelles écrites par un skieur-écrivain-Crollois avec lequel j'ai partagé quelques randonnées à ski.
    En toile de fond, Belledonne, la Maurienne ou les Aravis, montagnes sur lesquelles évoluent des skieurs qui se prétendent "de randonnée". Vous vous reconnaîtrez dans ces histoires racontées avec humour, dérision, mais avec aussi un zeste de gravité.

    A lire sans modération,

    Christine

    RépondreSupprimer
  5. Quelle surprise de découvrir ce livre dans la boîte... aussitôt reçu, aussitôt dévoré.
    Ravi par les anecdotes, l'ambiance.
    Par contre le chien sur le dos ce ne sera jamais du sommet, chacun sa trace.
    @u plaisir

    neigerome

    RépondreSupprimer
  6. Un petit régal pour tous les amoureux des montagnes. On s'y croirait.
    Un seul regret: c'est trop court!

    RépondreSupprimer
  7. Vous trouverez mon commentaire sur le blog: http://www.vaninadelobelle.com/unlivreunjour/
    Pour les amoureux de la randonnée ils liront avec plaisir ces petites histoires qui permettent de se retrouver en montagne.

    RépondreSupprimer
  8. Mon passage préféré: pages 113-114.
    J'ai tout de suite ressenti une grande émotion en lisant ces lignes l'hiver dernier mais j'au surtout eu un profond sentiment d'empathie avec le narrateur cette semaine lorsque je me suis retrouvé au cours d'une sortie en rando à la Tournette au fond d'un gouffre dans du lapiaz, 25m dessous, à prendre des photos, des vidéos, en attendant les secours...
    « ... Et le silence de nous surprendre. J’éprouve la sensation nue d’être à l’intérieur du monde. Je prends une série de photos de ce sentiment, une dizaine peut-être. Je sais bien qu’elles présenteront à ma femme comme à mon fils, un endroit blanc, bleu, noir et toujours lisse, et je ne sais par avance qu’ils le trouveront semblable aux précédents. Si je m’arrête dans ces photographies qui flirtent avec l’ennui, c’est aussi au cas où, le genre de cas où l’on retrouverait trop tard un appareil contre mon corps et qu’il aurait gardé en lui l’illustration de mon testament, des images extraites de l’intérieur du monde. Tant qu’à faire j’évite de mourir, je continue d’appuyer sur le déclencheur. »

    RépondreSupprimer

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...