La jeunesse de Staline



Le Jeune Staline
(Titre original : Young Stalin)
Simon Sebag Montefiore
Editions Calmann-Levy  - 2008
(Grand prix de la biographie politique 2008)

Bien sûr, on pourrait arguer que l'on connait déjà la suite et la fin de cette biographie, que le méchant a tous comptes faits, trop de sang sur les mains pour que l'on se penche sur sa jeunesse sans risquer une mansuétude mal venue. La tentation légitime serait de le laisser croupir dans la fosse aux monstres et… basta!
On aurait tort parce que c'est son histoire personnelle qui nous mène jusqu'à l'Histoire, parce qu'il nous faut découvrir le chemin pour éclairer le tableau, la tragédie, le mythe.
On aurait vraiment tort, parce que "le jeune Staline" est un bouquin tout bonnement, passionnant. "Le jeune Staline" est bien plus qu'une bio extrêmement fouillée, précise, forte de documents nouvellement exhumés des archives soviétiques. C'est bien plus que le roman vrai de la jeunesse d'un tyran. Simon Sebag Montefiore  délivre là, une œuvre littéraire foisonnante qui n'a rien du pensum savant-barbant, au point  qu'il devient difficile de lâcher le livre tant on est pris dans la folie ambiante de la pré-révolution Russe, épique époque à travers laquelle on suit pas à pas le parcours de la Brute et de ses truands.

Il s'avère que Sosso (plutôt que Staline et ses dizaines de pseudonymes certifiés) n'est rien de plus qu'un homme et non pas une créature historique ou quelque monstre sorti de nulle part. Ici et là émergent des aspects sympathiques ou à tout le moins, des aspects récréatifs de sa personnalité (poésie, charme et chant) qui détonnent dans l'incroyable mur de dureté qu'il a érigé depuis son plus jeune âge, une dureté presque sans failles et que l'on découvre peu à peu: sans limites. On comprendra au fil des pages qu'il est le right man at the right place, qu'il va parvenir jusqu'au bout parce qu'il sera plus dur, plus chanceux, plus parano, plus rouet que tous les candidats à la tyrannie. Le filtre de l'Histoire ne pouvait laisser passer qu'un seul Staline.
Chapeau bas à Simon Sebag Montefiore pour cette révélation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...