Gâteau au chocolat (four froid & vodka)


J'en ai essayé des dizaines, des gros tout gonflés qu'on mange avec de la crème anglaise, des fondants, des semi-fondants, des coulants, des plus-chocolaté-que-ça-tu-meurs, des exotiques avec épices exhausteurs de goût, sans oublier les hyper caloriques qui me laissent toujours plus de regrets que de plaisir.
Bref, je les ai mangés, évidemment! Mais il y a cet équilibre que je n'arrivais pas à trouver entre le trop et le pas assez.
Alors j'ai essayé, j'ai essayé encore et sur le chemin qui mène à l'impossible, j'ai posé une première pierre qui ressemblait à une bonne tranche.
Bref, ce gâteau, je le trouve à mon goût.
On commence par les ingrédients, sans quoi… Note qu'à partir de ce point, j'ai choisi de te tutoyer padawan. C'est comme ça.
  • 150g de chocolat à cuisiner Côte d'or. Tu pèses et tu peux te morfaler de ce qu'il reste avant de commencer quoique ce soit. Quand je dis Côte d'Or, c'est pas au petit bonheur la chance, ce chocolala possède à la fois du caractère et suffisamment d'onctuosité. Trop de cacao, c'est bien pour dire qu'on est un champion mais c'est trop d'amertume pour les vrais gourmands. Après, si tu tiens à n'en faire qu'à ta tête…
  • 120g de beurre. Contrairement au chocolat, si tu bouffes le restant de la plaquette, je te vois mal terminer la préparation du gâteau. Enfin, je m'avance peut-être.
  • 110g de sucre en poudre. Je prends du "fin" qui s'intègre mieux dans la pâtisserie mais j'imagine qu'il doit être salement raffiné. "Salement raffiné" c'est tout moi, un gros oxymore en somme.
  • 30g de farine.
  • 5g de levure chimique.
  • 3 cl de café. Café liquide dans une tasse s'entend, du chaud, prêt à être bu que tu peux boire.
  • 3 gros œufs ou 4 œufs moyens.  Si tu as encore un cœur, évite les "Gros œufs", ça fait très mal au cul des poules. Les "Moyens" passent mieux parait-il. Tu sépares les jaunes des blancs (attention! pas de traces de jaune dans les blancs car du coup, ils montent super mal, voire pas du tout)


Maintenant, tu peux le faire ! Tu vas voir que je te cause comme à un gros nul en cuisine mais dans la mesure où je le suis aussi, ça me permets de me comprendre. Tu me comprends ?

Tu fais fondre chocolat préalablement cassé en petits morceaux avec le beurre préalablement coupé en petits morceaux (avec un couteau, pas avec tes doigts). Au bain Marie pour moi. D'une part, il y a côté un peu olé-olé, genre vieille photo des années 30 à la fois sépia et cochonne, avec Marie alanguie dans sa baignoire en émail. D'autre part, le micro-onde casse trop la structure du chocolat. Bah! Même les barbares ont droit à leur part du  gâteau. Sur la fin, tu ajoutes ta lichette de café au mélange et tu remues délicatement si tu peux.

Tu verses le tout dans un cul-de-poule ou tout autre récipient bon pour mélanger. Là-dessus tu ajoutes et mélanges au fur et à mesure: farine + levure que tu as déjà mixées à la fourchette dans un bol, sucre et enfin, jaunes d'œufs. Tu remues jusqu'à obtenir une pâte lisse. À ce stade si tu n'y arrives pas, t'es vraiment un gland. Tu laisses tomber et tu vas t'acheter un gâteau à Casino. Nan, sérieux!
Maintenant, tu montes les blancs en neige avec ton p'tit robot ou ton fouet et tu les incorpores dans la préparation. L'idée, si tu n'as pas l'habitude, est de commencer par mettre un quart (pas plus) des blancs dans la préparation et de mélanger "normalement" puis d'incorporer le reste progressivement, en recouvrant par des mouvements de bas en haut les morceaux de blancs avec le mélange chocolaté. C'est un peu long mais ça vaut le coup.

L'ensemble est bien homogène et aéré ? Nickel. Tu verses ça dans un moule. Tu n'oublies pas de beurrer ton vieux moule en métal mais tu peux oublier de beurrer ton moule en silicone. Si ta préparation déborde du moule, c'est qu'il est trop petit et qu'au final  tu t'es emmerdé pour pas grand-chose, si ce n'est un petit gâteau ridicule.
Une fois que ça n'a pas débordé, tu mets le tout dans ton four qui est froid. Là, je dois avouer que la première fois que j'ai vu une recette avec la mention "four froid" je n'ai pas trop compris. J'ai cru qu'on mettait la chose dans le four et qu'on attendait que ça se passe. Au royaume des crétins, je devrais obtenir une place de choix sans trop me forcer.
Donc, le four froid on le fait chauffer à 200° pendant 19 minutes, position chaleur conventionnelle (les 2 petites barres sur le four). Là se pose la problématique de l'étalonnage des fours. Y'en a pas un qui chauffe comme son voisin. Résultat, faut voir. Mieux, faut regarder, surveiller de façon à ce que le gâteau ne soit pas d'un brun trop foncé à la fin. J'ai pas de meilleure idée en stock.

Et à la fin, c'est fini ! Juste à faire attention à ne pas démouler trop vite, sinon, ça casse et c'est moche.
Pour déguster, on peut agrémenter d'un peu de chantilly ou de compote de pomme ou des deux
.. et avec de la Green Mark, tu touches tout de suite au sublime. Pour ça, tu n'es même pas obligé de faire un gâteau.




Aparté boisson.

Si je dis Green Mark, c'est pas pour me la jouer exclusif, mais c'est simplement la meilleure vodka qu'il m'ait été donné de boire. Contrairement à beaucoup d'autres qui ont plein d'atouts "marketing", elle n'arrache pas simplement  la couenne mais elle propose avec vraie douceur qui persiste derrière la force brute. Et je ne parle pas là des vodkas à l'herbe de trou de balle de bison ou d'autre bestiole qui selon moi dénaturent la vodka.


Pour qui aime la vodka, ça vaut le coup de l'essayer (elle n'est vraiment pas hors de prix mais en revanche, un peu difficile à trouver)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...