Ceux du Château, ceux du Moulin


Pour une fois, un livre dans mes pages (je travaille ardemment sur la proposition inverse)

J'ai toujours eu un peu de mal avec les espadrilles, les pieds pas très à l'aise, vaguement enserrés par la toile.
Des Pyrénées orientales, des pentes du Canigou ou du village de Saint-Laurent-De-Cerdans en particulier je ne connais rien, "que nada", je reste scotché à mes Alpes.

Pour autant, j'ai lu le dernier roman d'Hélène Legrais avec plaisir, saga historique catalane à laquelle le titre ne rend pas vraiment hommage. "Ceux du château, ceux du Moulin, " m'évoque une série télévisé made in France des années 80 avec moult trahisons adultérines cachées dans les placards d'un château en héritage. Bref, c'est de ce qu'on trouve à l'intérieur du livre que naît l'intérêt pour peu que l'on veuille bien ouvrir sa petite boite à curiosité.

À travers une écriture alerte mais sans prétention, Hélène Legrais se lance dans le roman de l'espadrille en son pays catalan. Elle déroule la corde depuis ses débuts chaotiques à la fin du 19ème siècle en passant par son apogée entre deux guerres jusqu'à son inexorable déclin, Louboutin n'y étant pour rien. Évidemment, pour fabriquer ces chaussures, pour écrire leur histoire, il faut des gens et un théâtre qui les déchire ou les rassemble. Ça s'appelle une saga avec en haut du village de Saint-Laurent, les Boixeder et bien plus bas, les Nou et à chacun des protagonistes, son chapitre. Les années, les générations défilent allègrement sous nos yeux, composant le tableau vivant, à la fois social et historique d'une région que je découvre sous la plume de cette écrivaine.

Didactique, distrayant, avec du Catalan dedans, voilà de quoi passer un bon moment.

Maintenant et compte tenu de certains passages où elle a laissé aller sa plume, je serais curieux de découvrir un prochain livre d'Hélène Legrais au caractère plus personnel.


Ceux du Château, ceux du Moulin
Hélène Legrais - Calmann-Lévy
288 pages / 19€

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Votre avis, votre commentaire est toujours le bienvenu sur Les pages du Tchi...